image d'illustration

C’est lundi! Que lisez vous? #3

Bonjour les Apprentis Sages de la lecture! Contente de vous retrouver pour ce 3e rendez-vous du C’est lundi, que lisez-vous?

Découvrez sans plus attendre les livres de ma bibliothèque qui peuvent vous faire du bien!

Quésako?

A travers ce rendez-vous de la blogosphère littéraire inspiré par “It’s Monday, What are you reading ?” du blog One Person’s Journey Through a World of Books, j’ai envie de partager avec vous mes lectures pour vous aider à trouver les vôtres et ainsi vous aider à faire votre petit bonhomme de chemin plus facilement dans la vie. 🙂

Le principe

Chaque lundi, les blogueurs de la blogosphère littéraire sont invités à répondre à 3 questions pour partager leurs lectures:

      • Qu’est-ce que j’ai lu la semaine dernière?
      • Qu’est-ce que je suis en train de lire?
      • Qu’est-ce que je compte lire ensuite?

       

Puis, s’ils le souhaitent, ils peuvent signaler leur chronique sur le blog de Galleane pour être lus du plus grand nombre. Pour vous les Apprentis Sages de la lecture, c’est l’occasion de faire de belles découvertes en découvrant de nouvelles plumes, et de nouvelles contrées 😉 .

Allez, c’est parti pour le #3!

Qu’est-ce que j’ai lu la semaine dernière?

Mes lectures de la semaine passée ont été le reflet de mon humeur, de mon état d’âme. Le passage du mois d’octobre au mois de novembre a été mélancolique. Quelques jours plus tôt, j’apprenais la disparition d’une figure emblématique de mon adolescence… Plein de bons souvenirs avec la défunte et son marie sont remontés… Notamment leur contribution à ouvrir mon petit-bonhomme de chemin vers plus de possibilités… Instinctivement mes pieds ont pris la direction de la papeterie. Face aux cartes, j’ai réalisé que c’était la première fois que je choisissais une carte de condoléances. Jusqu’à présent j’avais été trop jeune ou trop près géographiquement pour en écrire. En voyant une photo de bonbonnière remplie de petits cœurs sucrés, je n’ai pu me résigner à choisir une image d'illustrationcarte de condoléances traditionnelle, triste, terne et sans âme. J’avais envie de chanter la vie, de rendre hommage à son amour incommensurable pour ces filles, ces petites-filles et les enfants qu’elle aimait s’occuper… et puis m’apparut cette métaphore… qui est peut-être vôtre aussi… Je plonge régulièrement dans la bonbonnière… de mon père… pour me réchauffer de son amour. A ce moment précis, je n’ai pu eu de doute, c’était cette carte que j’avais envie d’envoyer, et aucune autre. Et tant pis pour le manuel des bonnes manières! De toute façon, je ne l’ai jamais lu…

C’est donc tout naturellement que j’ai plongé dans les Remèdes à la mélancolie compilés par Eva Bester et dévorée les lettres d’amour de Virginie Grimaldi envoyées à sa Chère mamie. Deux livres bonbon: la lecture a le don d’apaiser et de faire sourire.  Elle nous permet d’être dans l’instant présent, dans l’ici et maintenant, empêchant ainsi notre esprit de vagabonder. 🙂

Remèdes à la mélancolie: la consolation par les arts (2e édition) d’Eva Bester

Quatrième de couverture
” Je voudrais que ces pages soient consolatoires. Si elles vous donnent le goût d’écouter une chanson, de lire, de danser, ou de vous divertisssent simplement, leur mission sera accomplie.”

Eva Bester rassemble et raconte mille et un remèdes à la mélancolie glanés au fil de ses entretiens sur France Inter. Livres, musique, films, recettes, idées réconfortantes : de Bertrand Blier à Sébastien Tellier, de Marie Desplechin à Gérard Garouste, de Tonino Benacquista à Philippe Stark, chacun dévoile ses antidotes personnels en cas de spleen. Le livre que vous avez dans les mains est une consolation en soi, mais aussi la promesse de découvertes jouissives, de plaisirs inattendus, de rire et de poésie pure.

Mon avis
Je conseille ce livre ***** à tous les mélancoliques. La quatrième de couverture ne ment pas. Ce livre peut-être feuilleté au gré de vos mélancolies. Sa lecture sera à chaque fois différente de par votre avancée dans l’existence. Les plus jeunes seront rassurés de lire qu’ils ne sont pas les seuls à éprouver de la mélancolie, et que comme leurs aïeux, ils pourront poursuivre leur petit bonhomme de chemin en l’apprivoisant. Nul doute qu’en ayant en main ce livre, ils seront l’apprivoiser plus rapidement. Ils seront faire la différence entre nostalgie et mélancolie 🙂  Au fil des pages, nous découvrons de nombreux antidotes personnels. L’art sous toutes ces formes est une consolation pour notre âme. Les sérums littéraires, les antidotes musicaux, les onguents filmiques, les Arts visuels, l’humour, les citations béquilles sont autant d’outils d’aide à la lecture de soi. Les plaisirs dans l’assiette et autour d’un verre sont aussi au rendez-vous, tout comme la soif d’apprendre et de se passionner pour quelque chose qui permet de croquer la vie à pleine dent!

  • Qu’est-ce que je suis en train de lire?

Ce soir dans le train, mes oreilles se sont réchauffées au doux son de la voix d’Odile Cohen lisant L’Âme du monde de Frédéric Lenoir.

Image de couverture "L'Âme du monde"Quatrième de couverture
Pressentant l’imminence d’un cataclysme planétaire, sept sages venus des quatre coins du monde se réunissent dans un monastère perdu des montagnes tibétaines pour transmettre à Tenzin et Natina, deux adolescents, les clés de la sagesse universelle. Au-delà des différences de leurs traditions respectives mais inspirés par ce que les philosophes antiques appelaient l’”Âme du monde” – cette force bienveillante qui maintient l’harmonie de l’univers – ils répondent aux questions essentielles: quel est le sens de l’existence? Comment réussir sa vie et être heureux? Comment concilier les exigences de son corps et de son esprit? Comment passer de la peur à l’amour, et contribuer à changer le monde? Un conte qui trace la voie d’un humanisme spirituel porteur d’espérance.

Lire! de Bernard Pivot et Cécile Pivot

Depuis quelques jours, je le feuillète avant de me coucher. Ce double regard sur la lecture est une délectation!

Quatrième de couverture
Dans Lire! Bernard Pivot, lecteur professionnel (“Apostrophes”, Lire, JDD) et sa fille Cécile, ardente lectrice amateur, confrontent leurs raisons, plaisirs et manières de lire, leur usage des livres, dans des textes très personnels, joliment illustrés, où le public des librairies et des bibliothèques retrouvera ses émotions, et celui qui n’ose pas en pousser les portes découvrira stimulations et conseils. Un tonique et savoureux éloge des écrivains, des livres et de la lecture.

Qu’est-ce que je compte lire ensuite?

Petit traité de vie intérieure de Frédéric Lenoir

  • Et vous?
    Que lisez-vous en ce moment?

Partager l'article sur
  • 1
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.